Comment dresser un partenaire sexuel soumis ?

Les meilleurs guides pour choisir et fabriquer votre sextoy !

Comment dresser un partenaire sexuel soumis ?

avril 26, 2021 Uncategorized 0

De nombreuses personnes aiment introduire la dynamique du pouvoir dans la chambre à coucher, en jouant un rôle de soumis ou de dominant pour accroître leur plaisir et explorer des fantasmes sexuels nouveaux et uniques. Lafabriquedusextoy.fr vous propose son guide : Comment dresser un partenaire sexuel soumis ? Si vous voulez essayer de jouer un rôle de soumis dans votre vie sexuelle, voici quelques conseils pour vous lancer dans le jeu de pouvoir.

Traiter son soumis comme un serviteur

L’une des façons les plus faciles de jouer avec la domination et la soumission est de passer une soirée entière à servir le dominant. L’attention du soumis est uniquement portée sur son dominant. Il peut aménager la pièce de manière à plaire au dominant, lui faire un massage complet, s’habiller dans sa tenue sexy préférée, lui faire une fellation, ou permettre au dominant de choisir exactement ce qu’il veut à chaque instant. Le soumis ne reçoit aucune attention de sa part.

Entraîner votre esclave

Voici un jeu très simple à jouer lorsque vous commencez à vous familiariser avec la domination et la soumission. Ce n’est même pas vraiment un jeu, mais plutôt un ensemble de règles que le soumis doit suivre :

  • Le soumis ne peut qu’obéir aux instructions. Il doit faire tout ce qu’on lui dit de faire. (Bien sûr, ce sont des choses qui ont été convenues au préalable).
  • Le soumis ne peut rien faire de son propre chef. Il ne peut parler que si on lui parle.
  • Le soumis ne peut pas établir de contact visuel, sauf si le dominant le lui demande.

Prouvez votre dévotion

Pour ceux d’entre vous qui n’ont pas encore eu de conversation sur vos limites, voici une façon sexy d’en ouvrir une. Demandez au soumis de faire une liste de tout ce qu’il serait prêt à faire pour son dominant. Pensez-y en termes de la façon dont le sous pourrait montrer la preuve de leur soumission à leur dominant (bien sûr, n’oubliez pas que le sous a encore à avoir leurs propres frontières). Incluez des choses sexuelles, comme « permettre à mon dominant de me pénétrer analement » ou « permettre à mon dominant de me réveiller au milieu de la nuit pour faire l’amour ». Le soumis peut aussi inclure des choses qui ne sont pas explicitement sexuelles, comme « je porterai un collier pendant la journée » ou « je ferai des tâches ménagères ».

Choisissez votre punition

La punition est l’un des éléments fondamentaux d’une relation dominant/soumis. C’est l’un des moyens les plus simples mais aussi les plus efficaces de faire monter d’un cran votre relation dominant/soumis. De la même manière que les soumis débutants peuvent commencer à dresser une liste des moyens de prouver leur dévouement, ils peuvent également dresser une liste des formes de punition qu’ils accepteront s’ils dépassent les bornes. Voici quelques idées de punitions que le soumis pourrait recevoir :

  • Une fessée, avec la main, une pagaie, une ceinture, un fouet ou un autre objet.
  • Des pinces à tétons.
  • Ne pas être autorisé à avoir un orgasme.
  • Interdiction de toute forme de contact.
  • Se voir imposer une certaine tâche à accomplir.
  • Cela peut être explicitement sexuel (comme faire une fellation) ou non (comme faire la lessive).
  • Devoir recommencer depuis le début avec une tâche spécifique. Se faire appeler par un nom.

Demander la permission

Voici un autre jeu simple : le soumis doit demander la permission au dominant pour chaque chose qu’il fait. Même les petites choses. Vous pouvez le faire dans la chambre à coucher, et le soumis peut demander la permission de faire des choses comme enlever ses vêtements, bouger son corps, ou toucher son dominant. Ou essayez-le en dehors de la chambre, où le soumis peut demander la permission d’utiliser les toilettes, de manger ou de sortir.

Demander l’autorisation pour avoir un orgasme

Vous pouvez jouer une variante du jeu susmentionné en forçant le soumis à demander au dominant la permission d’avoir un orgasme. Si vous jouissez sans permission, vous serez puni (voir ci-dessous). Le dominant peut être encore plus sournois en essayant de faire jouir le soumis, mais sans lui donner la permission de le faire.

Faites vos corvées

Ce jeu peut être joué en une seule journée ou de manière continue. Le dominant assigne à son soumis certaines tâches à accomplir. Par exemple : « passer 30 minutes à faire une fellation », « frotter tout le sol à quatre pattes » ou « préparer un repas ». Selon le degré d’intensité souhaité, le dominant peut donner à son soumis certains critères concernant la manière dont les tâches doivent être effectuées. Par exemple, le soumis peut avoir à effectuer les tâches en portant une tenue spéciale. Ou encore, il peut y avoir un délai précis dans lequel le soumis doit terminer ses tâches. Le Dom peut même effectuer une inspection pour s’assurer que les tâches ont été effectuées correctement.

Obtenir une récompense

Si le dominant se sent généreux, il peut informer son soumis des récompenses spécifiques qu’il obtiendra s’il termine ses tâches à temps et de manière appropriée. Par exemple, le soumis peut avoir un orgasme ou recevoir un cadeau.

Récompenses conditionnelles

Le dominant peut exercer encore plus de pouvoir sur son soumis en créant des « récompenses » qui ont un piège. Le soumis peut obtenir sa récompense, mais il devra en même temps accomplir une tâche ou une punition. Par exemple, le dominant peut autoriser le soumis à faire une pause et à regarder la télévision, mais seulement si, par exemple, il garde un butt plug en place pendant tout ce temps.

Le système de points

Une autre façon amusante de jouer avec les corvées et les récompenses est de mettre en place un système de points. Les dominants peuvent attribuer un certain nombre de points pour des corvées ou des tâches spécifiques. Ensuite, il peut attribuer des points pour certaines récompenses. Comme à la foire, où vous devez obtenir un certain nombre de tickets pour gagner des prix spécifiques, le soumis peut travailler pour obtenir la récompense de son choix. Il s’agit d’un excellent jeu pour débutants, car le soumis peut avoir son mot à dire sur ce qu’il fait.

Immobilisation

Les contraintes ne plaisent pas à tout le monde, mais elles peuvent être un moyen incroyablement sexy pour le dominant de montrer sa domination sur le soumis. Le dominant attache son soumis au sol, immobilisant ses mains, ses pieds ou les deux. Cela peut se faire à l’aide d’un système de contention, de ruban adhésif ou de corde. Le dominant a le contrôle du moment où les liens sont enlevés.

Jeux de rôle

Il existe un nombre infini de façons de jouer les rôles de dominant et de soumis. Jouer certains rôles peut libérer certaines de vos inhibitions et vous permettre d’entrer plus facilement dans la dynamique dominant/soumis. Voici quelques idées :

  • Roi ou reine et humble serviteur.
  • Célébrité célèbre et assistant personnel.
  • Professeur et élève.
  • Flic et voleur.
  • Détective et criminel.
  • Un kidnappeur et une victime de kidnapping.
  • Pirate et marin malchanceux.
  • Jean et prostituée.

Servitude programmée

Si vous voulez expérimenter ce que c’est que d’assumer les rôles de dominant et de soumis en dehors de la chambre à coucher, programmez des moments spécifiques où le soumis sera disponible pour son dominant. Il peut s’agir de certaines dates, ou d’un certain bloc de temps chaque jour. Élaborez vos propres spécifications sur ce que cela signifie pour le soumis d’être « prêt ». Par exemple, le soumis doit être prêt à être pénétré à tout moment. Ou encore, il peut être censé rester assis tranquillement jusqu’à ce qu’on lui donne un ordre.

Amusez-vous, et n’oubliez pas que si vous vous lancez dans l’un de ces jeux, il est essentiel d’avoir d’abord une conversation sur les mots de sécurité et les limites ! Toute l’équipe de lafabriquedusextoy.fr reste à votre disposition dans l’espace commentaire du blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.